Érosion

L’érosion côtière est le processus naturel responsable de l’abaissement des plages, du recul des dunes et des falaises. Elle façonne les côtes par l’action des vagues, des courants et du vent.

Sur les côtes rocheuses, elle se manifeste par le creusement du pied des falaises fragilisées par l’infiltration d’eaux pluviales dans la roche, conduisant à leur éboulement. Rappelons que, par définition, les falaises sont des formes d’érosion, elles ne peuvent que reculer.

Sur les côtes de sédiments meubles, elle dépend du bilan entre la quantité de matériaux qui se dépose sur le rivage en provenance d’autres sources (bancs de sable, autres plages, falaises érodées, etc.) et celle qui s’en échappe. Si ce bilan sédimentaire est positif, les rivages s’avancent vers la mer (accrétion). S’il est négatif, les côtes reculent (érosion). La période actuelle est caractérisée par une pénurie de sédiments côtiers puisque le stock constitué au cours de la dernière époque glaciaire est maintenant quasiment consommé. C’est pourquoi de nombreuses côtes sédimentaires européennes sont soumises à l’érosion.

L’érosion côtière se manifeste principalement lorsque les vents sont violents, les vagues hautes et au moment des pleines mers de grands coefficients, en particulier lorsque la tempête entraîne ces énergies vers la côte sous la forme d’ondes de tempête (érosion aiguë). Au fil du temps, la succession d’épisodes tempétueux peut entraîner un net recul de la côte (érosion structurelle).

Le taux d’érosion est mesuré en volume/ longueur/temps (ex : m3/m/an), mais, parce qu’il est souvent utilisé pour montrer la vitesse du recul de la ligne de côte, il est généralement exprimé en m/an. La vitesse de recul dépend de multiples facteurs (type de côte, énergie des vagues et des marées,…) et varie de quelques centimètres à des dizaines de mètres par an.

L’influence humaine dans la zone côtière a transformé le phénomène naturel d’érosion côtière en un problème sociétal d’intensité croissante. L’urbanisation et les activités économiques exercent un poids considérable sur les zones côtières, entraînant des travaux d’ingénierie côtière, de régulation des bassins fluviaux (en particulier la construction de barrages), des dragages, des défrichements, l’extraction de granulats marins, de sable, de gaz naturel et d’eau et des demandes d’occupation de terrains (EUrosion, 2004), autant d’éléments qui amplifient l’érosion là où elle se manifeste déjà mais qui parfois conduisent au recul de certains secteurs que les phénomènes naturels n’affectaient pas.

L’érosion côtière est donc le résultat d’une combinaison de facteurs, à la fois naturels et anthropiques, qui agissent à différentes échelles.

Il est important de garder à l’esprit que l’approvisionnement en sable nécessaire au maintien des plages et des dunes côtières dépend de l’érosion d’autres secteurs côtiers et que ces plages et ces dunes sont une défense naturelle très précieuse contre la submersion marine.

Documents projet ANCORIM

Études de cas ANCORIM

Presqu’île de Gâvres

(Cap Lorient agglomération, France)

Etude de cas : Presqu'île de GâvresLa Communauté d’Agglomération du Pays de Lorient a organisé les premières journées d’études de cas du programme ANCORIM les 6 et 7 octobre 2010…

Esmoriz-Cortegaça

(Portugal)

Etude de cas : Esmoriz-CortegaçaEsmoriz et Cortegaça sont deux centres urbains côtiers hautement protégés grâce à des épis et perrés (environ 2km le long de la côte)…

Outils ANCORIM

Panorama des solutions douces de protection des côtes

Panorama des solutions douces de protection des côtesFace aux problématiques d’érosion côtière et de submersion marine, beaucoup de solutions dites « dures » ont été mises en place ces dernières années…

Prise de décision et risques côtiers : guide de bonnes pratiques

Prise de décision et risques côtiers : guide de bonnes pratiquesLes risques côtiers ne sont pas toujours pris en compte dans les processus de planification territoriale et d’aménagement du territoire…

Autres ressources
Cas pratiques

EUCC Atlantique et l’équipe du projet ARCOSLIFE Arenales Costeros ont organisé un atelier de terrain dans les dunes de Cantabrie les 25 et 26 avril 2017. Deux systèmes dunaires soumis à une forte pression anthropique, les dunes de Liencres et de Somo, près de Santander ont été étudiés.

Scientifiques et acteurs locaux (élus, gestionnaires, praticiens et usagers) se réunissent sur un site littoral particulièrement intéressant par les problématiques de gestion intégrée, de protection de l’environnement naturel et de développement durable qu’il soulève.

Études et publications

Étude de dimension européenne visant à quantifier l’ampleur du phénomène d’érosion côtière et évaluer dans quelle mesure ce phénomène constitue un

problème d’intensité croissante auquel les pouvoirs publics ont de plus en plus de mal à faire face.

Outils évaluation et gestion des risques

Le projet RISC-KIT a développé des outils  pour identifier et prioriser les zones côtières les plus à risque

L’objectif du projet COCORISCO était de comprendre la vulnérabilité des territoires côtiers aux risques d’érosion et de submersion et de progresser vers des stratégies de prévention et de gestion.

Guide pratique sur la mobilisation et le travail avec des populations locales sur la problématique de l’érosion côtière et l’élévation du niveau de la mer.

Si vous souhaitez partager avec les membres du réseau des informations qui ne figurent pas dans ce site, n’hésitez pas à nous les envoyer.